Maman en peine: forum sur la dépression post partum et le babyblues

Ce forum a pour but d'informer et d'aider les mères (et les pères) en souffrance avec leur enfant (dépression post-partum). C'est un sujet peu connu et il est important que les femmes qui en souffrent se rendent compte qu'elles ne sont pas les seules.
 
AccueilPortailCalendrierMembresS'enregistrerRechercherFAQConnexion

Partagez | 
 

 Ma depression, ma vie quotidienne, une souffrance, voici mon histoire...

Aller en bas 
AuteurMessage
Hemma
P'tite nouvelle
P'tite nouvelle


Messages : 2
Date d'inscription : 29/10/2013
Age : 31
Localisation : Nice

MessageSujet: Ma depression, ma vie quotidienne, une souffrance, voici mon histoire...   Mar 5 Nov - 9:27

Bonjour à toutes et à tous,

Voila une semaine que je suis inscrite et que je n'ai pas le courage de parler de ce que je vis. Aujourd'hui je me lance.
Voici mon histoire:

Je m'appelle Emmanuelle, j'ai 26 ans et super grossesse, sans problème particulier, juste beaucoup de maux de dos. Rdv habituel et mensuel chez gygy, le dernier, le rdv se passe comme d'habitude et là à la fin il me dit "Bon nous allons programmer une césarienne dans 10j, votre bassin est trop petit et bébé déjà bien portant"... LE CHOC! Je fonds en larmes, c'était inimaginable, je n'avais jamais pensé à cette éventualité, pour moi j'allais accoucher par voie basse... De plus, je suis hypocondriaque, alors une opération: non, non, non! Bon, je me remets de la nouvelle et puis pas le choix, c'est comme çà et pas autrement donc digère et tais toi! Plus les jours se raprochent et plus je suis excitée à l'idée de ma rencontre avec bébé.
JOUR J: Stressée, j'appréhende mais suis à la fois sereine (hormones de grossesse lol), je descends en salle d'opération, on me prépare, péridurale (à deux reprises), et hop on enchaine tres vite car mes jambes commencent à devenir de plus en plus lourdes, chéri me rejoint, le gynéco aussi. Je ne sens rien, mais tout à coup j'entends qu'on aspire le liquide amniotique, je regarde chéri et je lui dis "ça y est il arrive", on demande à chéri de reculer, deux sage femmes poussent sur mon ventre pour faire sortir bébé, je pousse un cri car je me sens emportée dans la table et la plus rien, je me sens légère, plus aucun son et d'un coup je vois mon fils arriver et se poser sur moi, pause d'une minute où plus rien ne compte, le plus beau jour d'une vie... Là, rappelée à la réalité, on emene on fils avec son papa pour les premiers soins, 3 min après: bouffées de chaleur, migraine, et la bimbadaboom: VOMISSEMENTS! et ce pendant 12h d'affilée... Je vous laisse imaginer la journée...

La nuit ca allait mieux, complètement excitée, je n'ai pas dormi, j'avais confié mon fils en pouponnière!
A 5h, on m'amène mon fils, je n'ai toujours pas dormi mais je suis tellement heureuse!!
La journée se passe bien mis à part que les douleurs de la cicatrice se réveillent...
La nuit se passe plutot bien, nous avons obtenu une chambre parentale.
Le lendemain visites toute la journée, le soir, que m'arrive-t-il? Tremblements, bouffées de chaleur, angoisses, je me sens enfermée, nous sommes vendredi, je n'ai l'autorisation de sortie que lundi...
Je passe une nuit horrible, le lendemain j'annule toutes les visites, je n'en peux plus, je suis angoissée... Je demande à sortir plus tôt, j'arrive à obtenir une autorisation pour dimanche si bébé reprend son poids. Jusque là, l'horreur, l'angoisse monte, je me sens enfermée et bloquée dans cette clinique, je dois faire semblant car je ne veux pas qu'on me garde plus longtemps.
Le dimanche aprem: je sors!
Mais là, trop tard: mes angoisses persistent à la maison et j'enchaîne les insomnies et tremblements...
Je fais venir une masseuse le soir, commence à prendre de l'homéopathie et en quelques jours tout commence à rentrer dans l'ordre.
Tout va bien durant 5 mois...
Et là début aout, quelques jours après les 5 mois de mon petit bout, rebelotte: angoisses, insomnies, vomissements, une impression de vide devant moi, de solitude.
Je me demande ce qu'il se passe, je ne veux pas revivre ca, je n'arrive pas à rester seule, cela m'angoisse, j'essaie de faire venir famille et amis un peu tous les jours, je refais venir la masseuse, je me lance dans l'acuponcture, je fais prise de sang: resultats carence fer.
Et puis, en 2 semaines cela passe à nouveau, pas totalement mais cela s'aténue beaucoup...
Septembre: Rechute, à nouveau ces tremblements, inomnies, vomissements, etc... Je décide d'aller voir une psychiatre qui me diagnostic une depression du post parfum, elle me programme des rdv toutes les semaines. Une semaine-2 semaines après ca commence encore à partir mais j'ai l'impression d'avoir toujours un pied dedans et là depuis 1 semaine grosse rechute, le moral est reparti encore à zero, les journées sont longues, je suis angoissée, surtout le matin, au réveil, j'ai pratiquement envie de vomir, j'ai l'impression que je vais mourir tous les jours, tout me fait peur, je developpe mon hypocondrie et de l'agoraphobie et claustrophobie. J'ai vu ma psy qui m'a prescrit un AD (ZOLOFT 25mg), ca s'est mal passé: tremblements et vomissements toute la nuit. Le lendemain j'étais au bout du rouleau, je me suis clairement dit, là je ne peux plus souffrir comme çà, c'est trop dur... Je suis allé avec bébé aux urgences d'une maternité tout l'aprem, elle a appelé mon chéri,on a beaucoup parlé. Voila, tout cela, c'était ce week-end, donc je vous explique meme pas dans quel etat je suis aujourd'hui... J'ai clairement l'impression d'etre condamnée et dans une spirale infernale... Vais-je m'en sortir??? J'ai plus l'impression. Je suis au bout du rouleau....
Revenir en haut Aller en bas
Coeur d'amour
Admin
Admin
avatar

Messages : 1159
Date d'inscription : 24/03/2011
Age : 32
Localisation : Franche-Comté

MessageSujet: Re: Ma depression, ma vie quotidienne, une souffrance, voici mon histoire...   Mar 5 Nov - 20:31

Coucou!

Bienvenue à toi Smile

Ton début d'histoire fait un peu écho à la mienne. L journée à la maternité ça allait un peu près mais quand arrivait la soirée, quand tout partait j'angoissais. Je voulais qu'on prenne mon bébé en pouponnière, j'avais peur de pas être à la hauteur. J'étais prêt à signer une décharge pour sortir plus tôt mais heureusement que je l'ai pas fait car sinon bébé ce serait retrouvé en pédiatrie et j'aurai eu du mal à le récuperer.

Ce que tu décrit est plein d'angoisse mais ne culpabilise pas. Si tu es prise à temps (et c'est ton cas), ta guérison sera plus effice. On s'en sort même si c'est long.
C'est vraiment important que tu puisse parler à des professionnels et que tu sois suivi avec des médicaments, cela va t'aider.

Ne reste pas enfermée dans ta bulle.

A la maternité quand tu a été aux urgences, elles t'ont dit quoi?
Es-ce que tu peux parler façilement de ça avec ton conjoint?

_________________
Une maman est semblable à une rose qui ne se fane jamais. flower
Revenir en haut Aller en bas
http://mamanenpeine.forumsactifs.com
 
Ma depression, ma vie quotidienne, une souffrance, voici mon histoire...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Voici l'histoire de Maëlle, le grand amour de ma vie.
» Voici l'histoire de ma petite Emilie
» Voici l’histoire de mon petit ange Sébastien né le 15 décembre 2009
» Voici mon histoire
» Épreuve de Société, institutions et vie quotidienne 2009

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Maman en peine: forum sur la dépression post partum et le babyblues :: Dépression, babyblues... :: Vécu-
Sauter vers: